En mouvement. Une vie – Oliver Sacks

Résumé du livre

Oliver Sacks était un médecin brillant et un écrivain fantastique. Il a vécu une vie bien remplie qui comprenait ses arrangements avec son homosexualité, la fréquentation d’une école de médecine à l’Université d’Oxford, l’expérimentation de l’usage intensif de drogues, les voyages en moto aux États-Unis et au Canada, les blessures mettant sa vie en danger, le record de développé couché de l’État de Californie et la reconnaissance de sa carrière médicale et littéraire de la part de la Reine d’Angleterre. Sacks est un symbole de l’importance de l’écriture, du pouvoir de l’exploration et de la curiosité, et du besoin d’empathie.

Les points-clés du livre

Sacks marque un point important lorsqu’il parle du traitement de son frère schizophrène : la médecine ne doit pas seulement traiter les symptômes, mais aussi le sens, la liberté et le bien-être social du patient.
Sur sa tendance à manger beaucoup chaque fois qu’il y avait de la nourriture à portée, il dit : « En l’absence de contrôles internes, j’ai besoin de contrôles externes. J’ai établi des routines pour manger. »
Durant ses journées d’haltérophilie, il préférait les développés-couchés pour améliorer la force de son dos.

Sacks croit que l’histoire et les éléments humains de la science sont importants pour notre connaissance et notre compréhension. Très souvent, les chercheurs et les experts ignorent tout ce qui date de plus de cinq ans parce que cela semble déjà dépassé. Mais Sacks adore apprendre grâce aux découvertes inspirantes d’anciens chercheurs et à l’histoire de la chimie, de la physique ou de la biologie. Ces histoires augmentent son sens général de compréhension et lui ouvrent des perspectives.

Une fois, Sacks a carrément enlevé une patiente du service de neurologie et l’a emmenée en moto pour honorer sa dernière volonté. Il aurait probablement dû être congédié, mais il ne l’a pas été parce qu’il avait surtout une grande valeur pour son établissement. Son expérience montre l’importance de posséder des compétences rares et précieuses. « En général, j’étais une sorte d’embarras pour le service de neurologie, mais aussi une sorte d’ornement : le seul résident qui avait publié des articles et je pense que ça a pu me sauver à plusieurs reprises. »

Sacks s’est créé de tels déséquilibres musculaires avec son développé couché à outrance qu’il s’est déchiré les deux tendons du quadriceps. Assurez-vous de bien faire attention de construire un corps fort, mais équilibré.

Sacks a pris beaucoup de drogues pendant ses vingt ans et pendant une hallucination, il a appelé son amie Carol pour lui dire qu’il était sur le point de mourir. Elle lui a demandé : « Qu’est-ce que tu viens de prendre ? » Il répondit : « Rien ! C’est pour ça que j’ai si peur. » Elle s’arrêta et demanda : « Qu’as tu arrêté de prendre ? »
Et ils sont allés au fond du problème. J’ai trouvé que les questions de Carol étaient brillantes. Elle a inversé la question, au cours d’un moment de tension et d’émotion, et a obtenu une réponse totalement différente.

Sacks était un penseur et un médecin incroyablement multidisciplinaire. J’adore ça. Les plus grands penseurs voient la relation entre les concepts.
« Il me semble que je découvre mes pensées par l’acte d’écrire – dans l’acte d’écrire. »

Sacks se dit « médecin, professeur et conteur ». J’aime ces descriptions.

Sacks avait un éditeur de livres incroyable qui lui a téléphoné en Australie pour lui demander ce qu’il pensait de remplacer une virgule par un point-virgule.
Ludwig Wittgenstein a dit qu’un livre devrait être composé d’exemples. Et Sacks a utilisé cette méthode dans ses livres. Les exemples des patients dans ses livres étaient vraiment liés aux lecteurs. (Vous devriez faire la même chose dans vos propres écrits.)

Alors qu’il travaillait avec des élèves sourds, Sacks les a qualifiés de » diminué de l’ouïe » et l’un des élèves a signé pour dire qu’il était peut-être » diminué du langage des signes « .
Comme beaucoup d’écrivains fantastiques, Sacks n’a aucune restriction sur sa façon d’écrire. Il a souvent l’intention d’ajouter une note de bas de page ou d’écrire quelques paragraphes et soudain cette petite idée se développe dans la partie principale du récit. Je vois ça souvent avec les meilleurs artistes. Une fois que le robinet commence à couler, ils ne peuvent plus le fermer. Au lieu de cela, l’acte d’écrire libère un vrai geyser de pensées et d’inspiration. Je pense que c’est un signe qu’ils aiment leur travail au-delà de toute mesure.

Sacks dit que dans les années 70 et 80, tout le monde parlait de la théorie du stimulus et de la réponse de Skinner, mais peu de gens pensaient à ce qui se trouvait entre le stimulus et la réponse. C’est-à-dire, l’esprit et la façon dont il traite ces stimuli et ces réponses.

Sacks était obsédé par un ou deux morceaux de musique et les jouait encore et encore. (Moi aussi !)

Le darwinisme neural, la théorie de la conscience de Gerald Edelman, est essentiellement une expériementation de la sélection naturelle. En d’autres termes, tout comme la sélection naturelle conduit progressivement l’espèce dans une direction particulière, nos expérimentations et nos expériences personnelles nous conduisent dans une direction particulière. Nous découvrons ce que nous aimons, ce que nous n’aimons pas, ce qui fonctionne pour nous, comment marcher, et ainsi de suite à travers une série d’expérimentations et d’expériences. C’est comme la sélection naturelle, mais à une échelle individuelle. C’est la sélection naturelle dans notre propre cerveau et notre vie.

Chaque bébé apprend à marcher et à ramasser les choses à sa façon. Nous ne suivons pas tous les mêmes schémas moteurs. Au lieu de cela, nous expérimentons divers modèles et, au fil des semaines et des mois, nous choisissons ceux qui nous conviennent le mieux. De cette façon et dans beaucoup d’autres domaines, nous faisons nos propres chemins individuels à travers la vie.

Le fait d’entendre parler des nombreux écrits et des prises de notes personnelles que Sacks a fait tout au long de sa vie me fait sentir encore plus fort au sujet de l’importance de l’écrit. Nous devons observer et enregistrer les expériences qui nous arrivent. Les choses que nous traversons peuvent nous en apprendre énormément, mais seulement si nous sommes prêts à les analyser et à en tirer des leçons. Tenir un journal et écrire sur votre vie est une façon fantastique de donner un sens au monde et de laisser des bases sur lesquelles les autres pourront bâtir.

« L’acte d’écrire suffit en soi. Il sert à clarifier mes pensées et mes sentiments. L’acte d’écrire fait partie intégrante de ma vie mentale. Les idées émergent, sont façonnées, dans l’acte d’écrire. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *